Comment venir à la cascade du Voile de la Mariée en Corse ?

Avez-vous déjà entendu parler de la cascade du Voile de la Mariée sur l’île de la Réunion ? Légendaire, elle est réputée pour sa magnificence. Toutefois, vous n’avez pas à partir à plus de 9 000 kilomètres pour découvrir une cascade à l’aspect d’un voile de mariée. En fait, l’île de Corse possède également une chute d’eau portant le même nom. Aujourd’hui, nous allons vous aider à vous y rendre.

Où est-elle située ?

La cascade du Voile de la Mariée est la plus haute cascade de l’île de beauté avec ses 70 mètres de hauteur. Si vous êtes un amoureux de randonnée et de détente, c’est une magnifique destination. Si vous partez du pont Salaccio, vous devez parcourir un sentier ombragé de 300 mètres avant d’y arriver. Un peu d’effort physique est nécessaire pour mieux l’admirer parce que l’ascension doit se faire à l’aide des arbres et des rochers.

Cette cascade se trouve à mi-chemin entre Ajaccio et Corte par la route T20. Située à proximité du village de Bocognano, vous devez rouler pendant 40 min pour y arriver. Si vous venez d’Ajaccio, prenez la route en direction de Bastia. Ensuite, vous devez prendre la première route à droite, une fois arrivée au rond-point de Bocognano, la D 27. Un panneau A piscia di a sposa vous indiquera le chemin.

Les adeptes de randonnée peuvent même poursuivre vers Corte pour voir la Cascade des Anglais.

Pourquoi s’y rendre ?

Lors de vos vacances en Corse, cette cascade est tout simplement un endroit à ne pas rater. À 40 km d’Ajaccio, cette chute d’eau charmante est formée par un bras de la Gravona, son cours d’eau se déplace à travers la forêt. Enfin, elle rebondit de rocher en rocher.

Que ce soit pour le plaisir des yeux ou pour profiter des eaux le temps d’une baignade, il est préférable de s’y rendre lors de la saison printanière. En plus, la fonte des neiges alimente le courant d’eau. Aussi, rien ne vous empêche de pique-niquer autour afin de prendre le temps de l’admirer. La cascade est, cependant, à sec lors des saisons de chaleur, mais visiter cet endroit reste un excellent choix.

Les visiteurs affirment même que cette chute d’eau porte dignement son nom, car l’eau se glisse sur la paroi rocheuse telle une voile. Cette zone est également populaire auprès des amoureux de canyoning.

Quelle est la légende autour de la cascade du Voile de la Mariée ?

La première raison qui explique le choix de ce nom est relative à la caractéristique de l’endroit. En saison estivale, l’évaporation de l’eau à la source prend l’aspect d’une sorte de voile de mariée.

Selon la légende locale, le nom vient d’une histoire d’antan. Il existait un petit lac en haut de la cascade. Ce dernier était en fait une fontaine dotée d’un pouvoir de guérison : toute personne qui s’y plongeait trouve sa douleur disparaître. Un jour, un prince qui s’avère être un ogre pourchassait une reine. Elle est venue et a trempé son poignet blessé dans le lac. Quand il essaya de l’attraper, il a seulement réussi à attraper son voile. Trébuchant dans sa course, il a fait sauter des pierres qui bloquait les eaux et a libéré un torrent qui l’a emporté. Ainsi fut née la cascade du Voile de la Mariée.

Une autre légende raconte qu’une jeune fille sauta dans la cascade en guise de rébellion à son père qui a choisi un mari pour elle.

Attention : un arrêté municipal a interdit l’accès à la cascade du Voile de la Mariée depuis le 1er août 2020. Cette décision a été prise suite à un éboulement de rocher qui a entraîné 4 blessés le mois d’août 2020.

Histoires et variante de crêpes à travers le monde

Goûter, plat de dessert ou même plat principal, la crêpe représente un repas attesté de pâtisserie. Agrémentée de garniture ou fourrée, c’est un véritable régal. Elle peut être servie sous différentes recettes et sous diverses formes. La crêpe peut donc présenter plusieurs variantes et histoires à travers le monde.

Un vrai régal de par le monde depuis toujours …

Servie sucrée ou salée, la crêpe reste un repas historique en pâtisserie. Reconnue dans diverses cultures, on dit que la crêpe a une âme voyageuse. SARL D2T – L’ORANGE BALL propose de succulentes crêpes avec leurs savoureuses recettes pour passer des moments festins en famille.

La crêpe désigne un mets du genre de pâtisserie reconnu depuis plusieurs siècles. Elle se caractérise par les ondulations de la pâte étalée lors de la préparation. Généralement de forme ronde, la crêpe se compose de fines couches de pâte à base de farine. Cette pâte est obtenue à base de farine de blé ou de sarrasin mélangée avec des œufs battus et du liquide notamment du lait avec l’eau ou la bière.

Elle doit être cuite sur toutes les deux faces à l’aide d’une poêle ou crêpière. La crêpe peut présenter de petites variantes à travers le monde. C’est ainsi qu’on peut rencontrer les pancakes américains qui paraissent plus épais et petits, accompagnés de mignons blini issus des pays de l’Est.

Au Mexique, on peut goûter une sorte de crêpe à la tortilla faite de pâte de farine de maïs. De même, la crêpe s’apparente à la piadine italienne ou encore au baghrir maghrébin. Fait maison ou au restaurant, le crêpe peut se manger chaude ou froide. Elle se mange en plat principal tout comme en dessert.

Mieux, au lieu de la manger seule, elle peut être garnie de sucre, de confiture, de chocolat à tartiner ou encore de crème chantilly. Du fromage, du jambon, mais aussi des légumes cuits ou assaisonnés feront de votre plat de crêpe une véritable assiette gourmande.

La crêpe sert de base pour d’autres recettes tout aussi authentiques et savoureuses. Une fête traditionnelle française  lui est associée : la fête de la chandeleur.

Âme voyageuse, la crêpe, un excellent met

Amoureux des aventures, vous pourrez apprécier les spécialités culinaires à travers le monde. L’avantage de voyager, c’est aussi de découvrir le monde sous diverses formes. Les différentes variétés de crêpes et les histoires qui y sont affectées, vous séduiront certainement. Entre la galette de sarrasin et la crêpe sucrée ou les crêpes fourrées à la ratatouille, c’est tant de gourmandises.

Selon les destinations, les traditions et cultures diffèrent. Les choses sont faites de telles ou telles façons. Toutefois, la crêpe est souvent sucrée pour les crêpes de froment ou salées pour les crêpes sarrasin. On la présente roulée, en demi-lune, pliée en quatre en triangle ou encore en pannequet.

Idéal pendant les pauses déjeuner suite aux activités nautiques, vous trouverez d’intéressants plats de crêpes. Par exemple la crêpe en aumônière à la confiture de lait, de fraise et copeaux de chocolat ou encore la crêpe, de vrai régal.

En goûters, un vrai régal pour les enfants

La crêpe séduit toute la famille, et ce, depuis toujours. L’histoire raconte qu’autrefois il s’agissait de galettes épaisses cuites sur une pierre plate. Idéales pour partir en vacances, les crêpes font un délicieux goûter pendant le trajet. Elle a évolué et revu, aujourd’hui, elle fait des assiettes gourmandes.

Prendre des vacances et voyager est une grande décision. Elle prend en compte bien de démarches notamment la destination et la recherche de billets d’avion. Cette décision prend également en compte les loisirs, l’hébergement et le repas pendant le séjour.

Ainsi, il est utile de s’avertir par rapport aux spécialités culinaires et de s’en préparer. Vous pourrez également choisir quelques fois de vous faire vos crêpes vous-même pour assouvir vos besoins nutritionnels.

Où faire du tourisme religieux ?

Le tourisme religieux n’est pas un concept totalement nouveau. Certes, les gens se rendent sur des sites religieux depuis des lustres, mais ces voyages étaient généralement réservés aux personnes appartenant aux plus hautes sphères de la société. Ces personnes associaient religion, culture et loisirs pour profiter pleinement de leur voyage. Aujourd’hui, le tourisme religieux est un marché de niche, avec des personnes voyageant dans différents pays et à l’étranger pour visiter spécifiquement des destinations religieuses en raison de leurs croyances.

Quelles sont les raisons de faire du tourisme religieux ?

Si l’objectif principal du tourisme religieux est la pratique d’un culte, il existe d’autres raisons pour lesquelles les voyageurs se ruent vers cette forme de tourisme :

– Gratitude et confession : Lorsque les gens sont confrontés à une crise dans la vie, ils ont tendance à se tourner vers le divin pour obtenir de l’aide. Et s’ils parviennent à surmonter leur crise, ils se rendent au sanctuaire pour le remercier de son intervention divine. D’autres peuvent avoir recours au tourisme religieux pour s’absoudre de leurs péchés. Ils peuvent, par exemple, croire que leurs problèmes sont dus à leurs péchés et se rendent sur un site sacré pour communiquer avec le divin et demander le pardon.

– Le salut spirituel : Dans de nombreuses sociétés, le fait de se rendre en pèlerinage est considéré comme une marque de piété. Cette croyance est particulièrement vraie chez les hindous, qui visitent des sites religieux pour accumuler des mérites religieux, tandis que les bouddhistes se rendent dans un lieu sacré, car cela est considéré comme la première étape pour atteindre l’illumination. De nombreuses personnes âgées se lancent aussi dans le tourisme religieux lorsqu’elles veulent faire la paix avec elles-mêmes avant leur décès.

– Célébrer des événements religieux : Les gens qui en ont les moyens financiers choisissent cette option pour célébrer des événements religieux en particulier. Ceux-ci sont mentionnés dans les principes sacrés et, lors des festivités religieuses, ils sont reconstitués afin de les commémorer.

Quels sont les lieux recommandés pour faire du tourisme religieux ?

Si les destinations de tourisme religieux sont nombreuses, il y en a quelques-unes qui se distinguent parmi d’autres. Lumbini, au Népal, en est un bon exemple. C’est le lieu de naissance du Bouddha et donc un lieu de pèlerinage important pour les bouddhistes. Lumbini et Bodh Gaya, dans le Bihar, en Inde, sont très célèbres. Cette dernière est le lieu où le Seigneur Bouddha a atteint l’illumination. Ces deux lieux attirent des visiteurs d’Asie du Sud-Est, du Royaume-Uni et d’Amérique du Nord qui suivent et pratiquent le bouddhisme.

La Cité du Vatican, le siège du catholicisme et la résidence du pape, voit des catholiques du monde entier venir y prier. Les gens se pressent aussi pour voir la basilique Saint-Pierre, où est enterré le premier pape de l’Église catholique, l’apôtre Saint-Pierre. Parmi les autres attractions religieuses figurent la chapelle Sixtine et le musée du Vatican. À noter que la messe de Noël prononcée par le pape est également un grand événement religieux dont les billets peuvent être réservés en ligne.

Les protestants, quant à eux, trouvent leur réconfort à Wittenberg, qui se trouve en Saxe, en Allemagne. C’est le lieu de naissance de la Réforme protestante. En 1517, Martin Luther a mis au défi les clercs et les étudiants de débattre avec lui de la manière dont l’Église catholique vendait les services de l’Église en échange du salut. Si une grande partie de Wittenberg a été détruite pendant la guerre de Sept Ans, l’église du château a été reconstruite dans les années 1800 et les quatre-vingt-quinze thèses de Martin Luther sur le pouvoir et l’efficacité des indulgences ont été inscrites sur la porte d’entrée de l’église. Les protestants d’Angleterre et des États-Unis sont les pèlerins religieux les plus présents sur le lieu.

Bol tibétain, un accessoire incontournable en sonothérapie

Si certains bruits s’avèrent agaçants et insupportables, d’autres apaisent et nous font du bien. Connaissez-vous la sonothéraphie ? Cette discipline consiste à utiliser les sons et les vibrations à des titres curatifs. Le son mélodieux du bol tibétain ou bol chantant en fait partie. Et si on y prêtait oreille ? Le point.

Le bol tibétain, c’est quoi ?

Le bol tibétain est l’instrument que les moines bouddhistes utilisent avant de méditer. Chaque séance est ponctuée par ce son harmonieux afin d’apaiser le corps et l’esprit. D’après la légende, les premiers bols tibétains étaient introduits par des forgerons nomades, il y a 5 000 ans de cela. Aujourd’hui, cet instrument tient une place éminente dans la sonothéraphie, surtout durant les séances de méditation et de yoga.

À l’origine, le bol tibétain était constitué d’un alliage de 7 métaux martelés à la main et représentant chacun un astre dont :

    • L’or pour le soleil ;
    • L’argent pour la lune ;
    • L’étain pour Jupiter ;
    • Le mercure pour Mercure ;
    • Le cuivre pour Venus ;
    • Le fer pour Mars ;
    • Le plomb pour Saturne.

Il prend la forme d’une cloche renversée sans battant et un maillet l’accompagne pour que le son résonne. Sa taille est variable. Les petits bols conviennent aux massages sonores, tandis que ceux plus massifs, sont utilisés pour la relaxation du corps. Précisons que leur épaisseur détermine la profondeur de la résonance de leur chant.

Quels sont les bienfaits du bol tibétain en sonothérapie ?

Comme un baume sur le cœur, le son du bol tibétain procure des bienfaits autant sur le plan physique que spirituel. Pour profiter de ses ondes thérapeutiques, il faut le placer sur une zone précise du corps. Ses vibrations se répandront, par la suite, à travers le système osseux afin de toucher tout l’organisme. Puisque le corps humain est constitué à plus de 60 % d’eau, les vibrations du bol tibétain se propagent facilement vers toutes ses cellules.

L’usage de cet instrument sur le corps régule la tension artérielle et évacue les blocages émotionnels. Son chant a le pouvoir d’apaiser l’esprit et le cerveau. À l’évidence, il ne suffit pas d’écouter les vibrations, mais de les ressentir profondément afin d’en apprécier les vertus. En y prêtant oreille, vous pourrez lutter contre la dépression, le stress et les problèmes digestifs pour faire place à une sérénité absolue.

Bien que le bol tibétain soit utilisé en sonothérapie, il ne prétend pas tout guérir. Il renforce tout simplement le processus d’autoguérison de l’organisme en emmagasinant les ondes négatives. Son chant stimule la concentration du patient.

Comment bien utiliser le bol tibétain ?

L’utilisation d’un bol tibétain repose particulièrement sur sa taille et son poids. S’il est plutôt grand, vous pouvez le placer sur une table ou à même le sol. En revanche, s’il est de petite taille, saisissez-le par votre main non-dominante et placez-le sur une zone de votre corps (le cœur, le ventre, la tête, la gorge, etc.). Pour que le bol tibétain « chante », quatre options s’offrent à vous :

    • Le frapper avec une mailloche, idéal pour les débutants ;
    • Le frotter avec un maillet, ce à un rythme constant ;
    • Le remplir d’eau sans mouiller son arête, puis le frotter ;
    • Faire l’ululement avec la bouche en se rapprochant à environ 3 cm du bol, uniquement pour les expérimentés.

Le son émis par le bol tibétain doit être uniforme, autrement, vous faites un faux mouvement. Les ondes sonores se répandent à un rythme précis. Amplifiez le mouvement au fur et à mesure que vous jouez.

Par ailleurs, l’usage du bol tibétain s’étend vers la méditation. Cette discipline consiste à libérer l’esprit de ses tourments pour faire place à une sensation de bien-être pure. Pour procéder, asseyez-vous en tailleur ou en restant droit dans un endroit bien calme. Fermez vos yeux, respirez par le nez, puis retenez l’air dans votre ventre avant de l’expirer par la bouche. La respiration ventrale évacue les frustrations. Saisissez le bol tibétain et commencez à le frotter avec un bâton en cuir en réalisant des mouvements circulaires. Amplifiez le mouvement et restez concentré sur le son. Une séance de 10 à 15 minutes est amplement suffisante.

En outre, si vous préférez d’autres activités pour vous détendre, n’hésitez pas à regarder des comédies, des one show man et d’autres spectacles divertissants pour les enfants. Faites des réservations au préalable pour ne pas manquer vos places. À bon entendeur !

Protégez-vous des dangers lors de votre voyage en Martinique

Partir dans les Caraïbes est un rêve pour de nombreux vacanciers. Un séjour dans une île tropicale comme la Martinique est synonyme de beaux jours, de magnifiques plages et de paysages dignes d’une carte postale. Mais comme dans toutes les zones lointaines et exotiques, il peut y avoir des dangers. Ainsi, pour passer un bon voyage en Martinique, prenez vos précautions.

La noix de coco

Cet avertissement est tout à fait sérieux. Les noix de coco qui tombent soudainement représentent un véritable danger en Martinique, où il en pousse beaucoup. D’ailleurs, les noix de coco tuent environ 150 personnes par an, ce qui est loin d’être le cas pour l’attaque de requins. Pour vous protéger des « méchantes » noix, évitez de vous allonger sous un cocotier. Reposez-vous plutôt dans votre minibus, en toute sécurité. En cas de forte chaleur, il suffit d’ouvrir les fenêtres. Vous pourrez ainsi profiter de la vue et de la brise, tout en étant à l’abri.

Les requins

Oui, des requins vivent dans certaines parties des côtes martiniquaises. Toutefois, aucune attaque n’a encore été recensée. Cela est notamment dû à la présence des récifs de corail qui constituent une barrière naturelle efficace. Néanmoins, respectez les consignes locales concernant les lieux de baignade et les précautions à prendre en mer. D’ailleurs, la majorité des attaques de requins a lieu dans les zones à risques. D’où l’intérêt de suivre les consignes à la lettre lors des vacances d’été à la plage.

Les moustiques

Comme dans toutes les destinations des Caraïbes, les moustiques sont au rendez-vous en Martinique. Certes, il y a des anophèles dans la région, mais le risque de paludisme a été écarté grâce à l’initiative de l’Institut Pasteur. C’est le moustique tigre, vecteur du chikungunya et du zika, qui représente une menace. Méfiez-vous également des yen-yens qui préfèrent attaquer en groupe. Les sprays spéciaux pour les pays tropicaux sont les plus adaptés. Renseignez-vous sur place pour vous en procurer ou demandez à vos amis qui s’y sont déjà rendus.

Les scolopendres

Les scolopendres de Martinique peuvent atteindre les 40 cm. Leur venin est puissant et provoque une sensation de brûlure plus ou moins importante. Les morsures à la tête ou sur le cou sont les plus dangereuses. Donc, surveillez bien vos enfants. Les morsures sur une personne allergique au venin sont également inquiétantes. Sachez toutefois que les scolopendres n’attaquent que lorsqu’ils se sentent menacés. Donc, lors de vos sorties en pleine nature, faites attention où vous mettez les pieds.

Le Matoutou Falaise

La mygale de la Martinique est appelée Matoutou Falaise en créole. Cette espèce est endémique de l’île. Elle est facilement visible, puisque certains sujets atteignent facilement les 20 cm. Malgré leur taille, les mygales sont généralement inoffensives, ce qui suscite l’intérêt des touristes. La mygale arboricole, au nord de l’île, a une belle couleur bleue. La mygale terrestre, au sud, arbore des nuances rouges et brunes. Vous pouvez tout à fait les photographier. Mais, ne vous en approchez pas trop pour éviter qu’elles n’attaquent.

Les plantes

On n’y pense pas assez, mais le danger peut aussi venir des plantes. Le mancenillier est considéré comme étant l’arbre le plus dangereux du monde. Tout ce qui constitue cette plante est toxique : ses feuilles, son fruit, son tronc et sa sève. Même l’eau de pluie qui passe par ses feuilles peut provoquer des désagréments, notamment des problèmes de peau. Le mancenillier pousse souvent sur les terres sableuses et mesure entre 5 et 15 m de haut. Ses feuilles sont un peu arrondies et ses fruits ressemblent à des pommes. En cas de contact avec cet arbre, ne versez pas de l’eau sur la peau. Consultez directement un médecin.

 

Bref, les dangers en Martinique sont réels : requins, serpents, insectes, noix de coco, plante toxique et autres. Mais, vous pouvez facilement les éviter et passer un excellent séjour. Pour vous promener librement sans risquer de vous faire attaquer par des insectes ou animaux dangereux, optez pour un transport en voiture. Vous trouvez un large choix de véhicules adaptés chez Transports et Tourisme.