Archives par mot-clé : activité horse-surfing

Le Horse-Surfing : une activité intéressante à découvrir

C’est définitivement une expérience équestre différente et sûrement une façon inhabituelle de faire du surf sur l’eau. Voici tout ce que vous devrez savoir sur le horse-surfing.

Qu’est-ce que le horse-surfing ?

Le horse-surfing, c’est un sport qui consiste à surfer derrière un cheval. Une planche de surf, un skimboard, un wakeboard ou un kiteboard sera fixé à une selle, à l’arrière d’un cheval pour permettre au surfeur d’effectuer des figures dans des petites vagues près du rivage.

Les origines du surf à cheval

Le surf à cheval a été inventé en 2004 par Daniel Fowler-Prime et Matt Smith, deux cavaliers anglais de Cornouailles, en Angleterre. Fowler-Prime, qui était aussi un patineur passionné, a décidé d’essayer de tracter un mountainboard derrière un cheval. Un an plus tard, il a été chargé de faire un tour de manège sur une plage, mais a oublié le mountainboard. Alors, Daniel a visité un magasin de surf local et a demandé au gérant s’il pouvait apporter un mountainboard et un wakeboard sur le site de la séance photo. Matt Smith, le gérant du magasin, a accepté et la cascade a été un succès.

Les photos prises ce jour-là étaient assez impressionnantes et ont rapidement fait la une des journaux du monde entier. A partir de ce jour, le surf à cheval était devenu un nouveau sport.

En 2006, le kitesurfeur Harold Quinquis a organisé le tout premier concours de surf à cheval à La Baul, en France. L’événement comprenait également une course de dragsters en pension pour chevaux.

Quelques années plus tard, les deux disciplines ont été présentées au Skegness X-Fest selon les règles de l’Extreme Horse Riding Association, une organisation fondée par Daniel Fowler-Prime.

Les championnats nationaux d’équitation ont vu le jour dans les années suivantes et le sport a gagné en popularité.

Où et comment pratiquer le horse-surfing ?

Le surf à cheval peut être pratiqué et apprécié en mer et sur les rivières, mais aussi à l’intérieur des terres sur les pistes de course de campagne.

Si vous vivez au bord de la mer, tout ce que vous avez à faire est de demander à un cavalier qualifié de vous remorquer pendant que vous attrapez la corde et utilisez une planche pour voguer sur l’eau ou l’herbe.

Les surfeurs à cheval peuvent facilement atteindre des vitesses allant jusqu’à 64 kilomètres par heure. Il est donc important de porter un casque. Si vous vivez dans une zone entourée de champs verts, assurez-vous d’avoir le patin à quatre roues standard et spécialement conçu pour rouler sur l’herbe. Cependant, il est conseillé de s’inscrire à un stage en pension équestre afin de maîtriser les techniques de base de l’équitation derrière un cheval.

Aujourd’hui, le surf à cheval est pratiqué partout dans le monde : en Angleterre, en France, en Australie, aux États-Unis, à Taïwan et même à Dubaï.

De toute évidence, le sport nécessite un océan, un lac ou une rivière avec suffisamment de profondeur pour qu’une planche glisse sur la surface de l’eau et simultanément des abords peu profonds pour que le cheval puisse galoper. Les plages bondées ne sont pas recommandées. Par ailleurs, les cavaliers doivent éviter de galoper sur les dunes sensibles et les réserves naturelles.

L’arène idéale pour les courses de chevaux mesure au moins 300 à 400 mètres de long. Les chevaux doivent être entraînés à courir sur les plages, à marée basse et être à l’aise dans l’eau. Sinon, ils pourraient commencer à se sentir anxieux et agités.

Galoper sur du sable humide est également plus fatigant, alors assurez-vous que le cheval fasse une pause de temps en temps. Après chaque séance, il est obligatoire de rincer le cheval à l’eau douce pour éliminer les grains de sel et de sable de sa peau.